Login
Recover password
Registration

Members can log in to create events, publish stories, share resources and modify their password and newsletter subscription.

E-mail *
First name *
Last name *
Language preference *
Newsletter options *

By clicking below to submit this form, I hereby agree to the Sphere’s Privacy Policy and terms of use.

Les communautés touchées en tant que premiers intervenants : Comment un village indonésien a mené la lutte locale contre COVID-19

 

 

Lorsque la COVID-19 a commencé à se répandre en Indonésie, le village javanais de Gumuk Indah n’a pas attendu l’aide du gouvernement ou l’arrivée des ONG internationales. Prenant les choses en main, les habitants ont mis en place un système d’intervention pour protéger la communauté. Ils se sont appuyés sur leurs propres compétences et leur ingéniosité, tout en soutenant l’économie locale et en atténuant les risques.

“Nous vivons sur l’île de Java, dans une zone urbaine proche de Yogyakarta”, explique Ary Ananta. En plus d’être un résident et un volontaire de Gumuk Indah, Ary est également responsable de projets et d’interventions d’urgence au bureau local de l’Arbeiter-Samariter-Bund, une organisation partenaire de Sphère. “Mon kampung (village) comprend plus ou moins 130 ménages et se trouve sur les pentes du volcan Merapi. Nous avons été touchés par un tremblement de terre en 2006 et des éruptions en 2010 ; puis, en mars de cette année, nous avons été touchés par la pandémie de COVID-19”.

Nous essayions de ne pas nous laisser envahir par la panique. Nous avons commencé à réfléchir à des moyens d’aider la communauté. Nous avons décidé d’agir

Tout comme son compatriote Gumuk Indah, Veronica Oktik Lestari a immédiatement commencé à craindre pour la subsistance de sa famille. Son mari, qui travaille dans un restaurant de Yogyakarta, a vu ses heures de travail réduites de façon drastique. Leurs relations sociales et leur vie communautaire intense se sont très vite interrompues.

“J’allais à l’église, rendais visite à mes parents tous les jours et participais à une organisation d’émancipation des femmes. Je suis également membre d’une chorale, nous chantions lors de cérémonies”, dit-elle. “Nous essayions de ne pas nous laisser envahir par la panique. Grâce au groupe WhatsApp de notre organisation d’autonomisation, nous avons partagé des conseils de santé et d’hygiène et nous nous sommes motivées mutuellement. Nous avons commencé à réfléchir à des moyens d’aider la communauté. Nous avons décidé d’agir”.

En mars, les volontaires de la communauté ont rapidement mis en place un groupe de travail COVID-19 pour lutter contre la propagation du virus.

Le groupe de travail s’est concentré sur trois points principaux : la prévention de la transmission du virus par des activités de promotion de la santé, le soutien de l’économie locale et la réduction des risques au sein de la communauté.

“Nous avons mis en place un point de contrôle à l’entrée du kampung avec l’aide de volontaires”, explique Wisnu Isnawan, responsable d’une association de quartier et membre du groupe de travail COVID-19. “Nous avons demandé aux gens de se laver les mains avant de passer le point de contrôle, nous avons mesuré la température de ceux qui entraient dans le village et nous avons recueilli des informations sur les visiteurs temporaires”.

Certains bénévoles étaient chargés de promouvoir le lavage fréquent des mains ou la pulvérisation de désinfectant dans les lieux publics. D’autres aidaient les personnes âgées et les personnes handicapées.

Les tailleurs locaux ont produit quelque 300 masques. Nous voulions maximiser le potentiel de nos propres résidents

Des femmes et des jeunes filles ont participé à la réalisation d’enquêtes, en ligne et hors ligne, afin de recueillir des données ventilées et de déterminer les interventions futures. La communauté a procédé à des évaluations tous les neuf jours, en discutant des besoins des personnes avec les dirigeants de la communauté.

Afin de réduire l’impact de la pandémie sur les entreprises locales, le groupe de travail du kampung a lancé un mouvement d’entraide communautaire qui recueille des dons et distribue de la nourriture et des kits d’hygiène, tout en diffusant des informations sur la santé et l’hygiène. Entre mars et juin, les habitants ont reçu des kits d’aide à quatre reprises, la première livraison ayant eu lieu seulement six jours après la création du groupe de travail.

“Les tailleurs locaux ont produit quelque 300 masques, dont des plus petits pour les enfants. Nous en avons distribué trois ou quatre par foyer”, explique Wisnu. “Nous voulions maximiser le potentiel de nos propres résidents”, ajoute-t-il.

Ce qui s’est passé à Gumuk Indah est un excellent exemple d’une réponse communautaire qui place les besoins de la population au centre. En juin, cette expérience a fait l’objet d’un webinaire Sphère. Quelque 260 praticiens de l’humanitaire y ont participé pour tirer les enseignements de l’expérience des volontaires.

En se concentrant sur la dignité humaine et l’engagement communautaire, les normes humanitaires fournissent un cadre utile pour guider des réponses similaires. Elles garantissent également que les communautés touchées sont au cœur de chaque décision prise.

Au cours des prochains mois, Sphère et ses partenaires organiseront six autres webinaires traitant de l’engagement communautaire et de l’application des normes humanitaires dans le cadre des interventions liées à la COVID-19.