Login
Recover password
Registration

Members can log in to create events, publish stories, share resources and modify their password and newsletter subscription.

E-mail *
First name *
Last name *
Language preference *
Newsletter options *

By clicking below to submit this form, I hereby agree to the Sphere’s Privacy Policy and terms of use.

Travailler avec les normes Sphère: Une entrevue avec Sajilu Kamwendo de Vision du Monde

Sajilu Kamwendo visite Buzi, en Mozambique, en juin 2019. Crédits: Vision du Monde

 

Ce mois-ci, Sphere a rencontré Sajilu Kamwendo, directeur de la préparation et des normes chez Vision du Monde. Il a partagé ses souvenirs sur la première fois qu’il a travaillé avec Sphère, ainsi que sur la manière dont les standards sont utilisées par son organisation dans toutes les phases de l’intervention humanitaire.

Quand avez-vous entendu parler pour la première fois des standards Sphere ?

C’était il y a une quinzaine d’années. Je travaillais à l’époque dans le suivi et l’évaluation. Lorsque j’ai commencé à travailler avec Vision du Monde, l’une des premières choses qui m’a été mise sous les yeux a été un exemplaire du manuel Sphere. Mon supérieur m’a dit : “Tu dois utiliser cela. Je veux que tu le lises, que tu le comprennes, puis tu me diras ce que tu as appris.” Je peux dire que, depuis le tout début, Sphère fait partie de ma vie chez Vision du Monde.

Vision du Monde a été très impliquée dans la dernière révision du manuel. Le personnel de l’organisation a co-écrit des parties importantes sur la sécurité alimentaire, les contextes urbains et la coordination civilo-militaire. Pourquoi était-ce une priorité pour votre organisation de faire partie du processus ?

Lorsque nous réagissons à une situation de crise, nous nous concentrons principalement sur la population touchée. Nous nous efforçons de donner le meilleur de nous-mêmes et de fournir une intervention de qualité. Cela fait partie de notre identité en tant qu’organisation humanitaire : nous nous tenons aux normes les plus élevées. Sphère est un très bon cadre pour y parvenir, c’est pourquoi nous voulions contribuer à l’effort. 

Avez-vous parcouru la nouvelle édition du manuel Sphère ? Qu’en pensez-vous ?

C’est excitant. J’ai utilisé le manuel Sphere pendant longtemps lorsque je travaillais sur le terrain, alors j’ai remarqué les améliorations – je pense que cette édition est plus accessible.
Une mise à jour importante est l’inclusion des crises prolongées en tant qu’enjeu majeur dans l’ensemble du manuel. Vision du Monde est active dans certains contextes depuis très longtemps : Somalie, Soudan, Syrie… Nous avons ressenti le besoin de repenser la manière dont l’assistance est fournie dans ces situations, car nous savons que les crises prolongées sont désormais la “nouvelle norme”. Lorsque nous avons révisé les normes internes de gestion des catastrophes, nous avons intégré des références aux crises prolongées qui s’alignent bien sur les normes Sphere.

Comment Vision Mondiale fonctionne-t-il avec les standards Sphere ?

Nous nous référons aux standards de Sphere dans toutes les phases du programme, y compris lors de la planification, de la mise en œuvre et de l’évaluation de l’impact de nos activités. Par exemple, nous utilisons les normes de Sphere lorsque nous rédigeons des propositions de financement. Les bailleurs de fonds eux-mêmes demandent comment nous allons nous assurer que l’assistance humanitaire fournie est de la plus haute qualité et conforme aux normes existantes. Nous nous référons à Sphere pour expliquer le financement nécessaire à l’atteinte de ces résultats.

Quand avez-vous été récemment témoin de l’application des standards Sphere dans les interventions humanitaires ?

Il y a tout juste trois semaines, j’étais à Beira, au Mozambique, où nous intervenons à la suite des terribles dégâts causés par le cyclone Idai. L’un des projets que nous y menons porte sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène. Selon les standards Sphere, nous savons que les communautés touchées par la crise doivent avoir accès à une quantité d’eau potable suffisante pour boire, pour l’hygiène et pour les besoins domestiques; c’est pourquoi nos équipes sur le terrain ont investi dans des conduites et la purification de l’eau afin de s’assurer que les gens disposent d’assez d’eau propre, aussi près que possible. Les standards nous guident dans cette démarche.

Comment réagissez-vous aux défis que pose la mise en œuvre des standards ?

Dans certains cas, la mise en œuvre des normes peut effectivement s’avérer difficile. En Ouganda, où nous soutenons les réfugiés fuyant le Sud-Soudan, la capacité de nos travailleurs sociaux est souvent mise à rude épreuve et nous manquons de ressources suffisantes. Nous reconnaissons qu’il existe des défis et nous essayons de trouver des moyens novateurs pour y répondre. Dans tous les cas, nous maintenons les standards Sphere comme référence et investissons toutes les ressources possibles pour améliorer la qualité de notre travail.